Selon la Juge qui a procédé au blocage de cette réforme de Trump, son adoption aurait causé plus de mal que de bien. Selon elle, plus de 70 000 américaines n’auraient plus accès aux contraceptifs tel que prévu par l’Obamacare. Le blocage reste temporaire, le temps qu’une analyse approfondie du texte soit menée.

Bloquée en attendant une analyse approfondie

C’est un nouveau coup dur pour le gouvernement de Donald Trump qui s’était promis à ses premières heures d’abroger l’Obamacare.  Hier, lundi 14 janvier, la Juge fédérale de l’Etat de Pennsylvanie, Wendy Beetlestone, a ordonné un blocage du projet de loi de Trump sur les contraceptifs. En effet, selon les dispositions de l’Obamacare, les chefs d’entreprises sont appelés à couvrir dans leurs mutuelles les besoins en contraceptifs de leurs employés de sexe féminin. Selon la disposition introduite par Trump, les employeurs pourraient avoir le droit de s’opposer librement à cette loi.

A en croire les propos de Wendy Beetlestone, une telle réforme aura des effets bien plus désastreux sur l’économie américaine entre autres. En effet, elle priverait plus de 70 000 femmes de contraceptifs, ce qui pourrait avoir un effet de boom sur le taux de naissance. En outre, la charge financière liée à la satisfaction de cette demande en contraceptifs reviendra directement à l’Etat, ce qui représentera un nouveau gouffre financier.

L’Obamacare toujours dans le viseur du gouvernement

Faire abroger l’Obamacare était l’une des premières décisions que le gouvernement de Donald Trump avait prise à l’entame de son mandat. Une décision jugée de « coup de poker » par certains media, et qui s’est d’ailleurs soldée par un échec cuisant. Aujourd’hui, c’est à une disposition de cette assurance santé que Trump s’en prend, mais pas n’importe laquelle. En effet, il s’avère que son élection ne se fut pas sans le concours des évangélistes chrétiens qui sont farouchement opposés à cette disposition de l’Obamacare.

Il s’agit donc pour Trump, de donner satisfaction à son électorat, mais aussi de trouver un autre moyen d’atteindre son objectif. Par ailleurs, il avait aussi promis à cette partie de son électorat de faire nommer des juges conservateurs à la Cour suprême. Lors de sa première tentative d’abrogation de l’Obamacare, Trump avait déjà essuyé des échecs dans son propre partie. Rien ne prouve pour le moment que ce même scénario ne va pas se répéter.