La présidente du Rassemblement national a appelé le président de la République à « sortir de l’Elysée » et à « apporter une réponse » au mouvement, qui en est à son quatrième samedi de mobilisation.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a demandé samedi au président français Emmanuel Macron des « réponses fortes » à la « souffrance sociale » exprimée par les « gilets jaunes », qui ont de nouveau manifesté à Paris et en France.

« Arrêter de se claquemurer »

« Il faut qu’il (Emmanuel Macron) prenne conscience de la souffrance sociale et y apporte des réponses très fortes et immédiates », a-t-elle affirmé à Bruxelles en marge d’un meeting avec le parti nationaliste flamand Vlaams Belang, ainsi que Steve Bannon sur le Pacte mondial sur les migrations. « J’appelle une nouvelle fois le président de la République à tenir compte de la souffrance qui est exprimée et à apporter une réponse, à sortir de l’Élysée, à arrêter de se claquemurer, de s’enfermer à l’Élysée », a-t-elle insisté. « La réponse du président de la République ne peut pas être que sécuritaire », a-t-elle affirmé.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi en France lors d’une nouvelle journée de mobilisation à haut risque du mouvement populaire des « gilets jaunes », des rassemblements calmes en région mais émaillés de heurts à Paris, où des véhicules blindés sont entrés en action. La police a annoncé avoir procédé à près de 1.000 interpellations sur l’ensemble du territoire en début d’après-midi.

Marine Le Pen s’est refusée à « commenter les interpellations ». « S’il y a moins de violences (que lors de la précédente manifestation le 1er décembre, NDLR), bien sûr, je suis le première a m’en réjouir », a-t-elle dit.