France

1,5 milliard d’euros, c’est la somme qui est déficitaire dans cette évaluation des recettes de l’État pour le compte de l’année 2017. Le bug concerne surtout les fonds destinés aux collectivités territoriales ainsi qu’à la sécurité sociale.

2018 aussi concerné par le bug

Selon les explications de la Cour des comptes, le bug a été découvert le 25 janvier 2018 par la direction générale des finances publiques (DGFIP). L’anomalie ainsi découverte a conduit à une sous-évaluation des recettes de l’État pour le compte de l’année 2017. Pour être plus précis, il s’agit des sommes destinées à la sécurité sociale ainsi qu’aux collectivités locales, pour exactement 50 millions d’euros pour l’une et 350 millions d’euros pour l’autre. Mais ce qui semble plus grave encore, c’est que cette anomalie s’étend aussi aux recettes de l’année 2018.

A en croire les explications fournies jusque-là, ces fonds sont restés sur des comptes provisoires, au lieu d’être pris en considération dans le décompte final. Par conséquent, cela a grandement faussé l’interprétation des recettes de l’État pour le compte de ces années-là. Ce n’est pas une nouvelle agréable au regard des difficultés économiques que traverse actuellement par la France, ajoutées à la crise sociale.

Un déficit de compétences, selon la Cour des comptes

Aux dires de la Cour des comptes, cette erreur pour le moins grave n’est autre que le corolaire des derniers changements qui ont eu lieu dans certains services. En effet, elle pointe du doigt le service qui est chargé de l’enregistrement des dons. Celui-ci serait en perte de compétence en raison des réorganisations qu’il a connu.

Mais la Cour des comptes estime quand même que si certaines dispositions avaient été prises en aval, cette situation pour le moins embarrassante aurait pu être évitée. En effet, elle explique que si un système d’alerte avait été installé en interne, cela aurait pu permettre d’attirer l’attention sur le bug, permettant ainsi d’anticiper cette erreur de comptabilité avant que ne soit clôturées les opérations budgétaires.

Pour finir, la Cour a vivement recommandé qu’une dématérialisation de la procédure soit clairement envisagée. Selon elle, cela devrait permettre d’éviter que ce genre de désagrément se reproduise à l’avenir. En 2017, les recettes budgétaires avaient établi un déficit de 67,8 milliards d’euros, soit une amélioration de 1,3 milliard par rapport à 2016. En 2018, ce déficit a été évalué à 86, 7 milliards d’euros. Il va sans dire que l’État a de gros efforts à fournir pour rééquilibrer la balance de ses dépenses.